bilan potager misaison

Nous sommes au mois d’août et après moultes tentatives de culture de certains légumes, je vous fais mes retours concernant certaines de mes expériences au potager !

potager fraises bilan

Echecs des semis d’aubergines et poivrons

Et oui ! Parce que les années ne se ressemblent jamais au potager, et que j’avais envie d’essayer de nouvelles choses, les échecs ne se sont pas fait attendre. Rien de bien grave car les conditions n’étaient pas optimales pour mes semis d’aubergines et de poivrons ! Connus pour être compliqués à réaliser, en apprentie que je suis, je n’ai pas fait de grands miracles. Et oui, mes deux barquettes de graines n’ont finalement pas survécues à la culture en intérieur en petite serre et ils étaient irrattrapables. Néanmoins, grâce à Vive le Végétal, producteur de plantes zéro déchet et français, qui m’a envoyé un plant,  j’ai pu finalement me lancer dans la culture d’aubergines !

Des concombres pas vraiment au top !

Dans mes échecs, j’ai également semé plus tôt dans la saison des concombres ; quelques plants étaient bien partis, néanmoins l’acclimatation a été compliquée et les intempéries n’ont pas aidées… J’ai vu mourrir les uns après les autres mes pieds quelques jours après la mise en terre. Pourquoi ? Comment? Je n’en suis pas vraiment sûre et dans le doute j’ai tenté de planter sans conviction une autre variété directement en terre quelques mois après. La météo étant plus clémente variant entre pluie et soleil suivi de températures douces : mes pieds de concombres ont finalement envahis mon carré potager et s’accrochent à leurs voisins les tomates et le ricin !

Coup de pouce des plantes de « service » au potager !

Pour la première fois cette année et grâce à l’accompagnement de Vive le Végétal, j’ai ajouté tout près de mes plants de légumes des plantes qu’ils m’ont envoyées, dit de « service » à mon potager !
A quoi ça sert ? En cultivant certaines variétés de plantes proches de ton potager, tu peux éviter des maladies ou autres invasions de nuisibles et ça peut sauver une culture !
Voici celles de Vive le Végétal et leurs utilisations :
  • La Capucine : elle attire les pucerons et protège ainsi la culture d’une invasion.
  • L’Oeillet d’inde : son odeur éloigne les ravageurs comme les altises ou les nématodes qui s’attaquent aux racines des plantes.
  • Le Ricin : il permet de lutter contre les larves d’insectes présentes dans le sol.
  • Le Soucis :  il éloigne les pucerons et attire les pollinisateurs !

potager bilan misaison

Bref tout ça pour dire que certaines plantes et fleurs aident drastiquement les plants au potager à vivre leur meilleure vie et m’apportent un super soutien pour éviter les traitements !
Je signe pour les prochaines années !
Voilà, c’était un bilan de mi-saison au potager ! On se donne rendez-vous pour la dernière étape : la récolte des légumes ! 🙂
nouvelle annee potager

L’année dernière j’ai pu expérimenter pour la première fois la mise en place d’un potager urbain sur mon balcon !

Cette année, je me suis lancée de nouveaux défis pour essayer de nouvelles variétés à cultiver dans un petit espace. Je vous partage mes réussites et mes échecs !

Des tomates de différentes variétés !

Au vu de mon expérience de l’année dernière avec la mise en place de pieds de tomates, je me suis dit que j’allais à nouveau tenter l’expérience. Mais pas n’importe quelle variété ! Pour cette année je me suis décidée à occuper deux carrés potagers et d’y planter des tomates cerises (qui avaient très bien pris l’année passée) et des tomates coeur de boeuf !
En effet avec des tuteurs il est tout à fait possibles de garder une taille correcte des plants et d’avoir des légumes de taille moyenne pour se régaler au moment des récoltes !
De plus cette année je suis super bien équipée :
Lors de la mise en terre de mes plants de tomates, j’ai favorisé l’utilisation du terreau universel Performance Organics de la marque Fertiligène. Utilisable en agriculture biologique il est déjà enrichi en engrais et il promet une production plus importante de fleurs. Lors du mélange de mon substrat j’ai également déposé une bonne dose d’engrais tomates et légumes de la gamme Performance Organics en granulés. Et qui dit plus de fleurs dit plus de tomates ! Aucune excuse pour que mes tomates ne poussent pas en un temps record !
Tout cela a permis à mes plants de pouvoir bénéficier d’un boost dès leur plantation.
Ils ont bien grandi et font maintenant autour de 30cm. Pour les encourager à me faire de jolis légumes tout au long de la saison, je leur apporte de l’engrais liquide tomates et autres légumes, environ toutes les deux semaines.
Petit plus de ce joli produit : la bouteille et le bouchon intègre 100% de plastique recyclé et ça c’est top !

Un carré potager avec des concombres !

Et oui, l’année dernière j’avais choisi de semer des cornichons, tout chou et surtout petits, très pratique pour l’apéro mais cette année est sous le signe de « gros » légumes. Tout en respectant l’espace de culture que j’ai dédié à mes légumes sur mon extérieur, j’ai semé directement en terre cette variété car mes semis furent un échec…
Ils sont pour l’instant en train de grandir tranquillement et j’espère qu’ils me feront de beaux légumes !

Quelques nouveautés pour les légumes sur mon balcon.

Parce que  je n’avais que peu de place dans mes carrés potagers, j’ai décidé de planter un pied d’aubergine et un de courgette ronde dans des pots en plastique.
Comme l’espace est assez réduit et que leur apport en énergie est peut être insuffisant, j’ai mélangé au substrat l’engrais en granulés universel. Il est adapté à toutes les cultures, je peux donc faire mon dosage et nourrir tous les légumes de mon balcon ainsi que mes petites fleurs lors de leur rempotage !
culture aubergine potager

Petits tips pour ceux qui se lancent dans la culture urbaine !

De mon côté j’avais laissé le précédent terreau suite à mes cultures hivernales. Néanmoins il était important pour moi d’apporter du terreau frais et déjà avec des nutriments pour que mes plants puissent immédiatement bénéficier d’un max d’énergie pour pousser rapidement.
Je mélange donc la terre en place avec du nouveau terreau et de l’engrais en granulés qui apportera force et énergie tout au long de la saison.
Prévoir ses contenants en fonction du temps que l’on peut consacrer à l’entretien de ses plants. Et notamment de l’arrosage !
En effet les pots en plastique ont la particularité de garder le frais plus longtemps que les pots en argile. Les carrés potagers quand à eux, permettent une bonne aération des racines et surtout de garder au frais mes petits légumes ! Il est également très important de prévoir un paillage pour éviter l’invasion des mauvaises herbes, et surtout de garder au frais le terreau après les arrosages et le passage de notre bien aimée : la pluie.
Alors n’hésitez pas à tenter des choses.
Cette année j’ai semé des graines d’aubergines et de poivrons qui n’ont pas du tout apprécié la culture sous serre de mon appartement.. Je sais que je n’ai pas la configuration nécessaire pour réussir ce type de culture, je pencherai donc pour l’achat de plants de ces légumes.
Les légumes urbains sont aussi bons que les légumes du jardin alors lancez vous !
Longue vie à tous les potagers !
urbain potager bilan

Cette année pour la première fois, je me suis lancée dans la création d’un potager urbain sur ma terrasse. Après quelques mois je fais le bilan, ce qui a fonctionné, mes récoltes et mes erreurs !

 

Réaliser toutes les étapes soi-même.

Cela me tenais à coeur de réaliser toutes les étapes avant la création de mon potager. J’ai donc fais le choix des légumes, réalisé les semis, le repiquage puis la mise en terre. Et le résultat est tellement satisfaisant ! Tout ce que j’ai fais germer au préalable m’a donné des fruits et légumes. Et quelle fierté ! C’est sans aucun doute que je recommencerai l’année prochaine, car finalement, tout le monde peut le faire !

 

 

La mise en place et le choix de la culture.

Comme c’était la première fois que je faisais un potager dans mon nouvel appartement, j’ai dû choisir l’endroit de culture, les contenants, le terreau, etc. Sans vraiment savoir comment chacune de mes graines allaient évoluer, je suis donc ravie d’avoir trouvé les pots adaptés à mes légumes ainsi que le terreau ! Je pense que pour mon prochain potager, j’ajouterai des oyas en pleine terre, car cette année avec la canicule, il était nécessaire d’arroser tous les soirs ! Chaque jour de sécheresse fatiguait vraiment mes plants et avec tout le temps investi, il était hors de question que mon potager manque d’eau !

Tu peux retrouver tous les accessoires que j’ai utilisés pour la mise en place de mon potager dans cet article !

 

Voir grandir ses légumes et les récolter !

Comme mon balcon est exposé plein sud, j’ai choisi de cultiver des fruits et légumes qui pouvaient supporter la chaleur. J’ai donc planté tomates, radis, courgettes, fraises, aubergines et encore mini-concombres. Voir apparaitre les premières fleurs est un moment si cool ! Ça veut dire que tu as réussi ! Et lorsque les premiers légumes arrivent enfin c’est le saint-graal ! Je note que j’ai correctement arrosé mes radis car ils n’étaient pas amer et que les tomates rondes sont mes préférées !

 

urbain bilan potager

 

Les choses à améliorer

Comme c’était la première fois que je réalisais un potager, j’ai noté les quelques points à améliorer :

  • Savoir être patiente : J’ai vu apparaitre très tôt des pucerons et plus spécifiquement sur mes aubergines. J’ai longtemps hésité à traiter, pour finalement me rendre compte que la nature faisait les choses par elle-même, puisqu’une petite coccinelle n’en a fait qu’une bouchée.

 

  • Traiter au bon moment : J’ai également eu une attaque d’araignées rouges sur mes plants de tomates. Je pense qu’il était trop tard pour traiter, car elles avaient du mal à rougir, mais en taillant mon pied régulièrement j’ai tout de même pu avoir des fruits. Je devrais prévoir de traiter en prévention dès l’apparition des fleurs.

 

  • Forcer un peu les choses : J’ai planté des courgettes en retard. On m’a conseillé de ne pas polliniser moi-même les fleurs et que les insectes feraient leur travail. Résultat je n’ai eu que très peu de fleurs femelles et aucune courgette à récolter car le temps pour polliniser les fleurs était beaucoup trop court pour nos amis les abeilles. Pour les prochaines, je n’hésiterai pas à donner un petit coup de pouce !

 

C’était le petit bilan de mon premier potager urbain. Je pense continuer de cultiver en automne avec des légumes adaptés à la saison car il fait encore doux !

N’hésite pas à partager ton expérience en commentaire ! 😉

potager accessoires

Après toutes les étapes de culture du potager, je te partage les accessoires que j’ai utilisés du semis jusqu’à la mise en terre de mon potager !

Graines bio.

Toutes les graines sont issues de box de jardinage telles : La Box à Planter, L’échoppe Végétale et Mon Petit Coin Vert.
J’avais envie d’avoir un potager bio et d’utiliser uniquement des traitements naturels et tout commence par de la petite graine.

accessoires potager

Mini-plantoir.

Idéal pour un petit nombre de semis en toute précision. C’est une des étapes délicates de la plantation donc j’ai préféré l’utilisation de cet outils pour ne pas abîmer mes graines pendant la manipulation.
potager accessoires urbain

Mini-serre pour les semis.

J’ai cette serre sans les cellules pour caser les différents contenants que j’avais recyclés (boites à oeufs, pots de yaourt…).
Parfaite pour garder à une température idéale les semis tous juste mis en terre. La serre permet également de réduire les arrosages car elle garde la chaleur et l’humidité. Elle est aussi très simple à déplacer car en plastique et légère.

Lombricompost solide biologique.

Idéal pour enrichir le terreau lors du repiquage de mes semis. C’est d’ailleurs seulement à cette étape que j’ai apporté du compost à ma culture.

Terreau et engrais.

Je ne cesse de vous partager les produits de la marque Undergreen car leur gamme est adaptée aux urbains, je l’ai testée et adorée !
J’ai utilisé de l’engrais solide lors de la mise en terre de mes légumes et j’apporte de l’engrais liquide toutes les deux semaines environ à tous mes légumes.
potager accessoire urbain

Pots en géotextile.

Tu peux les dénicher dans la boutique en ligne de Pousse Pousse, une entreprise persuadée que chacun peut agir pour la planète à son échelle.
Dans la boutique tu pourras trouver un large choix de produits autour de l’écologie et du Zéro Déchet.
Tu peux aussi retrouver leur box mensuelle dont le thème varie chaque mois avec des produits fabriqués par la marque (produits cosmétiques bio, produits ménagers…).
Plein d’idées pour changer ta façon de consommer !
Si tu as toi aussi des accessoires pour potager que tu as testé, tu peux les partager en commentaire !
planter en pleine terre

Les beaux jours sont là et tes plants de légumes grandissent bien? Il est temps de les planter dans leur pots définitifs !

L’acclimatation des plants.

Le plus important lorsque l’on bascule ses légumes en pleine terre, c’est l’acclimatation.
Avant la mise en terre, j’ai pris le temps de placer mes plants de légumes à l’extérieur pour qu’ils commencent à s’habituer au climat. S’ils sortent directement de la serre, fais bien attention de choisir un moment où la météo est clémente avec des températures douces.
On dit qu’après les saints de glace (mi-mai) tu peux transvaser tes légumes sans crainte car le risque de gel est moindre.
N’aie pas peur d’être trop patient, il vaut mieux un peu de retard sur ta récolte que pas de légumes du tout non !

Quel terreau utiliser pour ton potager ?

Je te conseille d’en choisir un adapté à la culture du potager. De mon côté j’ai choisi d’utiliser le terreau bio « Kitchen Passion » d’Undergreen. Riche en nutriments, ce terreau organique est idéal pour la culture du potager dans les petits espaces.
J’ai pris le temps de bien remuer la terre pour l’aérer au maximum et avant de mettre la dernière couche j’y ai déposé de l’engrais solide de chez Undergreen également. Ce sont de petits bâtonnets qui vont nourrir les plants de légumes tout au long de la croissance et de l’arrosage.

pleine planter terre

Quel pots utiliser pour tes légumes?

Il n’y a pas de limites au niveau des contenants pour le potager ! Prends seulement en compte la place nécessaire à tes plants de légumes en grandissant et la profondeur des racines pour qu’ils se développent correctement.
Pour ma part, j’ai choisi des pots carrés en géotextile de la marque Metro Huerto  dénichés sur La Box à Planter. Cette matière permet aux racines de mieux respirer car le pot garde l’humidité. Il est assez pratique car très léger, pliable et lavable une dizaine de fois !

Pourquoi j’ai fais le choix de pailler mes cultures de légumes?

Pour garder le terreau au frais tout au long de la saison, j’ai choisi de pailler tous les contenants où poussent mes légumes. Il s’agit de paillis de chanvre, il protège le sol des pluies violentes, du froid et des très fortes chaleurs.
100% biodégradable, il s’incorpore au sol et l’enrichit en humus. Petit bonus, il limite le désherbage et réduit l’évaporation des sols, ainsi l’humidité est stockée plus longtemps !
Mais pas de répit pour les jardiniers exposés plein sud comme moi ! Il faut surveiller en permanence pour éviter une trop grosse sécheresse et la perte de ta culture !
C’était la dernière étape avant de pouvoir commencer à apprécier la pousse de ton potager. Il peut y avoir une période de stagnation, mais ça ne dure jamais longtemps !
Maintenant tu passes en mode observation et arrosage de tout ce petit monde en attendant l’apparition des premières fleurs !
planter terre pleine
repiquage semis potager

Il est temps que tes plants fassent leur propre chemin ! Attention le repiquage de tes semis demande de la précision et de la patience ! 😉

semis repiquage potager

 

 

Quand repiquer ?

Le moment idéal pour repiquer tes semis c’est lorsque ton plant possède au moins 2 vraies feuilles après les cotylédons (Tu sais ces petites feuilles qui ne sont pas de « vraies feuilles » : voir mon article sur les semis !).
Le but du repiquage c’est de séparer les plantes les unes des autres pour qu’elles puissent continuer leur croissance. En fonction des températures extérieures, tu pourras repiquer directement en terre ou alors placer chaque plant dans un godet indépendant pour qu’il continue à grandir au chaud dans ton intérieur ou en serre.

Pourquoi repiquer ?

Lorsque l’on effectue les semis, on ne compte pas le nombre de graines que l’on met en terre pour être sûr que la pousse fonctionne. On a un gain de place énorme !
Si on semait chaque graine dans son petit godet, il faudrait y dédier un espace entier et on a pas tous forcément la place de stocker des dizaines de gobelets chez soi.
Le repiquage est le moment idéal pour sélectionner les plants : en effet, il faut avoir en tête que l’on garde les plants les plus costauds et les plus aptes à nous faire les plus beaux légumes ! Choisis les plants qui ont l’air les plus forts en apparence.
repiquage potager semis

Quelle terre choisir ?

Au niveau du terreau, il n’est pas nécessaire d’acheter forcément du terreau à semis. Si tu as du terreau potager que tu mélanges à un peu de compost, c’est le top pour booster la pousse ! Mais du terreau universel peut très bien faire l’affaire ! Car les plants ne resteront que quelques semaines dans leur petits pots.
N’hésite pas à me partager ton expérience de repiquage en commentaire ! 😉
potager urbain preparation

Avant de te lancer, il est temps de prendre un moment pour réfléchir à l’espace que tu veux dédier à ton potager ! Cela déterminera les variétés de fruits et légumes que tu pourras cultiver !

Choisir l’espace pour ton potager

Je vais te parler de mon cas personnel. Comme je débute je sélectionne des variétés simples de culture et je les place dans un petit espace. Il est important de ne pas voir trop grand pour apprendre de ses erreurs et observer son espace de culture et prévoir le potager de l’année suivante.
Mon balcon a une forme rectangulaire et il est tout en longueur. J’ai séparé les deux espaces détente et culture par une arche en acier sur laquelle j’ai accroché ma beehome et fait grimpé des fleurs.
Etant exposé plein sud, j’ai choisi de placer mon potager du côté ouest pour qu’il puisse avoir le soleil direct le matin. Cela lui permettra d’avoir un peu plus de répit en fin d’après-midi. Je sais d’avance que le paillage sera indispensable pour éviter que mes cultures ne brûlent au soleil ! L’arrosage devra être très régulier. J’ai pensé à mettre des oyas dans la terre pour favoriser la fraîcheur de mon terreau tout au long de l’été.
urbain preparation potager

Prévoir à l’avance les variétés et leur emplacement.

Au potager certaines espèces ne peuvent être cultivées côte à côte. Si tu ne peux pas séparer tes cultures, cherche à l’avance lesquelles peuvent être plantées ensemble. C’est très important de prévoir son « plan » de plantation pour prévenir des nuisibles, maladies et concurrence entre les plants. Si tu as gardé la même terre (pour ceux qui plantent au jardin), il ne faut jamais planter les mêmes variétés deux années de suite au même endroit. Cela évite au sol de s’appauvrir !
Je vous partage ici un schéma des espèces qui peuvent être cultivées ensemble : https://therecetteresearch.files.wordpress.com/2015/10/12046827_451319121736886_8439336109522612147_n.jpg

Bien préparer la terre

La plupart des légumes apprécient une terre fournie en nutriments. Alors avant de planter, apporte de l’engrais (compost ou autre) à la terre. Mélange bien l’ensemble pour aérer le terreau et répartir convenablement les matières organiques.
N’hésite pas à partager tes astuces pour préparer ton potager urbain !
creer potager urbain

Depuis que je suis arrivée à Lyon, il me tarde le printemps pour une chose : créer mon premier potager.

J’avais en effet déjà planté quelques légumes dans mon ancien appartement, cependant je n’avais pas vraiment pris le temps d’organiser mes semis, les arrosages et très rapidement les acariens sont venus ravager mon mini potager et la canicule a finalement eu raison de moi…
Cette année, tout est nouveau : nouvelle ville, nouveau climat, nouvelle exposition ! J’ai envie de bien faire les choses, de semer moi même des fruits et légumes et d’en prendre soin pour pouvoir enfin les récolter !

Pourquoi cette envie d’avoir un potager urbain?

Le potager ce n’est pas comme les plantes d’intérieur : il y a un rythme à tenir, une plus grande rigueur à avoir, peut être une plus grande attention aussi. Mais je pense que ce qui me tarde le plus, c’est de pouvoir récolter et servir à table ce que j’ai planté ! C’est comme pouvoir offrir mes petites boutures à mes amis ! Le potager, c’est un retour à la nature comme à la maison quand mon grand père nous donnait ses récoltes et que l’on sentait vraiment la différence au goût. Je sais néanmoins que le résultat sera différent que si j’avais un jardin, mais qui ne tente rien, n’a rien !

Essayer de nouvelles choses.

Après quelques années je commence à connaître le monde de la plante d’intérieur et ce que je recherche dans la création d’un potager urbain : un nouveau savoir, de nouvelles tentatives, des échecs parfois et surtout de la fierté. C’est comme un nouveau challenge. En attendant d’avoir peut être un jour un jardin, il faut bien commencer avec les moyens du bord, alors pourquoi pas sur le balcon?

La création d’une nouvelle catégorie sur mon blog !

Comme je suis une débutante, je vais prendre le temps de décrire chaque étape du lancement d’un potager dans le milieu urbain. Pour cela je vais créer une toute nouvelle catégorie où tu pourras retrouver tous les articles pour commencer pas à pas avec moi et créer ton propre potager.
Alors motivé pour réaliser ce beau projet ensemble ? Suis mon aventure tout au long de l’année via les articles de la catégorie mon potager urbain ! 😉